Peux-tu te présenter et expliquer ton parcours en quelques mots ?

Je suis Jacquie Atandji, Créatrice togolaise. Je me destinais à des études de journalisme mais mon goût pour l’art, la culture et la mode a pris le dessus. C’est au début des années 2000 que je me suis lancée dans la création.

Aujourd’hui, je me définis comme une créatrice compulsive: Bijoux, accessoires, objets déco.

Je suis une autodidacte qui a débuté par la réalisation de bijoux pour mes amies et proches et je me suis rapidement professionnalisée.

Qu’est ce qui a déclenché l’envie de faire ce métier?

Durant mon enfance, j’ai baigné dans l’univers des pagnes et des perles, cela m’a fortement influencée. Plus tard, j’ai assisté à de nombreuses expositions de peintures et d’art en général, à des spectacles de danse…J’étais profondément attirée par cet univers artistique.

Bien souvent en Afrique les métiers de créations sont dévalorisés hors je ressentais le besoin de sortir de ces dogmes, je voulais imaginer, dessiner, façonner, créer… c’est cela qui au final me canalise et m’apaise.

Peux-tu nous décrire tes bijoux?

Je travaille beaucoup par inspiration (couleurs, voyage, parfums, matière…). Je définis mes créations comme des bijoux ethniques.

Mes accessoires sont créés dans des tissus comme le wax, le bogolan, le tissé…

Pour les bijoux, j’utilise de nombreux matériaux. Pour n’en citer que quelques uns: perles de verres, bois, corne, os, bronze, cuir, wax, coquillages assemblés de manière esthétique.

Mes bijoux ont la particularité d’être asymétriques d’une part et un mélange de diverses matières d’autre part. Le cuir côtoie la corne par exemple, la pâte de verre frôle le corail etc…

  • Quelles sont tes sources d’inspiration ?

L’Afrique m’inspire énormément et notamment les pays dans lesquels j’ai eu la chance de me rendre : Mali, Ghana, Sénégal, Mauritanie, Burkina Faso et Afrique du sud entre autres. J’entretiens un rapport particulier avec le Mali, pays que j’affectionne particulièrement. Mon premier séjour a été une révélation ! J’ai dessiné mes premiers bijoux à Bamako (je me souviens exactement de l’endroit où je me trouvais).

  • Comment et où travailles-tu? Quelles sont les étapes de tes créations?

Mes ateliers sont situés à Lomé, j’y dessine la plupart des pièces qui rentrent dans la composition de mes bijoux. Ces pièces « hand made » sont fabriquées par des artisans expérimentés. Je procède ensuite au montage des colliers et autres accessoires.

  • Quels sont les aspects qui te plaisent le plus dans ton métier?

Presque tout me plait dans mon travail. De la conception à la réalisation toutes les étapes ont leur spécificité et sont une source d’excitation. J’adore mon travail !

Collier écharpe
  • Quelle est la création phare de tes créations?

Le bijou le plus vendu est le collier écharpe. Il est réalisé avec des perles de rocailles et ils existent en différentes couleurs. Sa particularité est qu’il peut se nouer de différentes façons.

  • A qui s’adresse tes créations ?

Toutes les personnes qui se retrouvent dans mes créations! Des femmes qui aiment le « hand made », l’éthique et l’ethnique.

  • Travailles-tu avec d’autres créateurs ?

Oui il m’arrive de faire des échanges avec d’autres créateurs notamment maliens.

  • Quels sont tes projets ?

J’ai plusieurs expositions et salons à venir en Afrique et en Europe pour les mois à venir. D’ici la fin de l’année, je serai entre Ouagadougou, Nouakchott, Niamey, Lomé, Paris où j’ai des expositions de prévues.

Promotion de l’Art Africain

Promotion de l’Art Africain