Madina Guissé, auteure de livres pour enfants

Pourriez-vous vous présenter ? Quel est votre parcours ?

Je m’appelle Madina. Je suis née dans la mégalopole de Saint-Étienne-Lès-Remiremont, commune de 3000 habitants, située en Lorraine. J’ai passé un Baccalauréat Littéraire pour devenir conceptrice-rédactrice parque j’aime jouer avec les mots depuis toujours. Finalement j’ai fait mes études en communication avec un master I à la Sorbonne et un Master II à Dauphine en management.

En 2016, après quatre années en événementiel dans un grand cabinet d’audit, j’ai décidé de quitter mon travail pour me consacrer à l’écriture de romans jeunesse.

L’écriture est-elle une activité à temps plein ou exercez-vous une activité secondaire ?

J’ai démissionné pour me consacrer à l’écriture mais aussi à l’auto-édition de mes ouvrages. J’aimerais dire que mon activité principale est d’écrire et la seconde de m’auto-produire. Malheureusement c’est plutôt l’inverse en termes de timing car développer son réseau de distribution, son réseau et sa communication sont des activités qui prennent BEAUCOUP de temps.

Quels sont les écrivains/écrivaines que vous admirez?

Il y en a beaucoup trop ! Lorsque j’étais jeune je lisais énormément le Petit Nicolas, les aventures de Tintin, Tom-Tom et Nana, les romans policiers, les livres de la collections Chair de Poule. Je pense en avoir gardé un goût pour les livres « rythmés » et drôles. Je suis moins encline à me tourner naturellement vers des livres contemplatifs même si j’apprécie le soin que les auteurs apportent à chaque mot, chaque phrase dans cette catégorie. Dans le désordre les écrivains aujourd’hui que j’apprécie particulièrement : Khaled Hosseini pour sa capacité à mêler rythme et émotions dans ses romans, Yasmina Khadra pour sa poésie, JK Rowling pour tout 😊, Tim Collins pour son humour, Harlan Coben pour sa manière de manier suspens et humour, Lauren Weisberger pour la qualité de ses dialogues. En ce moment je lis mon premier Cheikh Amadou Hampate BA. Je sais c’est très grave, mais j’assume mon retard en y remédiant du mieux que je peux !

Qu’est ce qui a déclenché l’envie d’écrire un livre pour enfant?

Disons que je suis une trentenaire qui a fait sa crise de la quarantaine plus tôt que prévu 😊.

J’avais un métier qui ne me passionnais pas et qui pourtant me prenais beaucoup de temps ET d’énergie. J’avais énormément appris en quatre ans et j’avais envie de mettre ces connaissances plus mes appétences à moi au service d’un projet auquel je crois. L’écriture de romans jeunesse pour les enfants afro-descendants s‘est alors imposée d’elle-même. Pourquoi une héroïne noire qui évolue dans un milieu occidental : mais parce qu’il était temps ! Moi qui suis une passionnée de la lecture depuis la maternelle j’aurais aimé avoir une héroïne comme Neïba pour me faire comprendre que j’existe en tant que petite fille noire. Pour ne pas avoir à chercher un idéal dans quelque chose que je ne suis pas. La France est un pays où la population noire et métissée est très présente mais sous-représentée dans les livres. Ou quand ça l’est, c’est souvent d’une manière ni très fidèle, ni très glorieuse. En 2017, c’est INACCEPTABLE !! Il est temps de faire bouger les lignes et cela ne passera que par nous.

Quand est né le projet d’écriture de Néiba, je sais tout ? Combien de temps s’est écoulé entre l’écriture, l’édition et la distribution ?

J’ai commencé le manuscrit en novembre et ai finalisé la première version fin décembre. Il y a plusieurs allers-retours en ma coach littéraire et moi-même jusqu’en avril. A ce moment-là, Lycia, l’illustratrice a repris le relai pour s’atteler aux illustrations. Le livre a été distribué en juin. Cela m’a donc pris 7 mois environ.

Avez vous rencontré des difficultés particulières?

Oui quelques-unes ! Plus sérieusement, l’une des premières difficultés a été la gestion de mon temps. Après avoir passé 4 ans en entreprise où on se lève tous les jours en connaissant la TO DO de sa journée et avec des objectifs à courts, moyens et longs termes à atteindre, c’était difficile d’organiser seule mon temps et mes journées.

La deuxième difficulté, c’est la solitude. On se retrouve seule à devoir prendre des décisions, à devoir se rassurer, se motiver. Ne plus avoir de collègues à qui se confier, ce n’est pas évident à gérer non plus. Et puis il y a le regard des autres qui nous considèrent comme des super héros et qui ne voient pas forcément toutes les phases de galères, les moments de doutes, et de découragement.

Aujourd’hui j’ai la chance de m’être constitué un petit réseau dans l’entrepreneuriat et d’avoir des personnes avec qui échanger. La sororité aussi c’est très important dans ce domaine-là !

Qui a réalisé les jolies illustrations ?

Elles ont été réalisées par une artiste qui s’appelle LylyBlabla que j’ai découverte via son compte Instagram. J’aimais son travail, je le trouvais qualitatif et très moderne. Je suis ravie d’avoir collaboré avec elle et je me réjouis de réitérer l’expérience bientôt !

Où peut on se procurer le roman ?

Il est disponible sur Amazon, Fnac.fr ou sur commande dans leur point de vente. J’ai également une boutique en ligne et l’avantage est que les exemplaires commandés sur cette plateforme peuvent être dédicacés avant envoi (sur demande). Voici le lien :https://tictail.com/lacomtessedaventures

Quels sont vos projets en cours?

Sortir le tome 2 de Neïba au printemps 2018 et un autre roman jeunesse porté par des garçons cette fois-ci !

Promotion de l’Art Africain

Promotion de l’Art Africain